ASPIRINE


ASPIRINE
ASPIRINE

ASPIRINE

De formule brute C9H84, l’aspirine (ou acide acétylsalicylique) a été préparée pour la première fois en Allemagne par Dreser en 1899. Depuis, de nombreux autres procédés de préparation ont vu le jour et ce produit est devenu le médicament le plus utilisé. Une première méthode de synthèse consiste à faire agir de l’anhydride acétique (270 g) sur de l’acide salicylique (250 g), puis à pratiquer une distillation sous vide. Une autre méthode utilise l’action du chlorure d’acétyle sur de l’acide salicylique, en milieu pyridinique et à chaud, suivie d’un brusque refroidissement sur de la glace pilée.

Quelle que soit la méthode employée, l’aspirine se présente sous la forme de petites aiguilles incolores, inodores, fondant vers 135 0C; peu soluble dans l’eau (1 partie pour 300 parties d’eau), elle est très soluble dans l’alcool et l’éther.

Son usage thérapeutique est bien connu: c’est un antirhumatismal (fort utile dans le traitement des arthroses), un analgésique (il atténue la sensation de douleur) et un antithermique ou antipyrétique (il calme la fièvre), d’où son intensive utilisation dans les états fébriles (grippe) ou les syndromes névralgiques. En association avec certains barbituriques (nembutal), l’aspirine traite le surmenage et l’insomnie. Son mode d’action reste incomplètement expliqué car, du point de vue pharmacodynamique, c’est un agent anticoagulant par ses propriétés antiagrégantes plaquettaires; c’est pourquoi l’aspirine n’est pas inoffensive: elle peut notamment déterminer des ulcérations gastriques avec saignements (surtout sous forme insoluble non tamponnée). Son usage à forte dose et en traitements de longue durée doit donc se faire sous prescription et avec surveillance médicales, d’autant plus que certains sujets se sensibilisent à ce médicament et risquent ainsi des accidents allergiques graves.

aspirine [ aspirin ] n. f.
• 1894; empr. à l'all. Aspirin, gr. a- (cf. 2. a-) et lat. spiræa, littéralt « fait sans spirée », parce que cet acide synthétique n'est pas tiré de cette plante qui le contient naturellement
Acide acétylsalicylique, remède analgésique et antipyrétique. Comprimé, (abusivt) cachet d'aspirine. Tube d'aspirine. Aspirine vitaminée, effervescente.
Par ext. Ce comprimé. Prendre une aspirine, deux aspirines.
Loc. fam. Blanc comme un cachet d'aspirine, très blanc de peau (notamment, pas bronzé).

aspirine nom féminin (allemand Aspirin ; de a privatif etlatin scientifique spiraea, spirée) Médicament utilisé pour son action analgésique, antipyrétique et antirhumatismale. [Nom déposé dans certains pays.] ● aspirine (expressions) nom féminin (allemand Aspirin ; de a privatif etlatin scientifique spiraea, spirée) Familier. Blanc comme un cachet d'aspirine, très pâle. ● aspirine (synonymes) nom féminin (allemand Aspirin ; de a privatif etlatin scientifique spiraea, spirée) Médicament utilisé pour son action analgésique, antipyrétique et antirhumatismale.
Synonymes :
- acide acétylsalicylique

aspirine
n. f. (Nom déposé.) Acide acétylsalicylique, utilisé comme analgésique, pour lutter contre la fièvre, comme anti-inflammatoire, etc. Un comprimé d'aspirine.
|| Fam. Comprimé de ce produit. Prendre une aspirine.

⇒ASPIRINE, subst. fém.
PHARM. Médicament antipyrétique et analgésique. Cachet, comprimé, tube d'aspirine. Synon. acide acétylsalicylique :
— Ne vous inquiétez pas, fit-elle. J'ai pensé simplement que je risquais de le fatiguer pour rien. Mais ces accidents-là ne sont pas graves, au début d'une forte grippe. Donnez-lui de l'aspirine, voilà tout.
BERNANOS, Un Crime, 1935, p. 838.
Rem. Attesté ds les dict. dep. Lar. 20e et Ac. 1932.
En partic. Aspirine soluble. Ester de l'acide acétylsalicylique (acétylsalicylate de calcium) souvent mieux toléré que l'aspirine.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1894 (A. et G. BOUCHARDAT, Nouveau formulaire magistral, p. 274).
Empr. à l'all. Aspirin, formé du préf. privatif gr. -, du rad. du lat. sc. spiraea (ulmaria), dénomination sav. de la spirée, et du suff. sav. all. -in, propre au vocab. chim. et méd. : littéralement « qui est fait sans spiraea (ulmaria) »; ce terme a, en effet, été forgé pour distinguer de l'acide acétylsalicylique naturel, extrait des fleurs de la spiraea ulmaria, l'acide obtenu par synthèse, introduit en thérapeutique en 1899 grâce aux travaux du chimiste all. Adolf von Baeyer (1835-1917); FEW t. 15, 1re part., p. 23b; GALIANA Déc. sc. 1968.
STAT. — Fréq. abs. littér. :24.
BBG. — COLOMB. 1952/53, p. 199. — FROMH.-KING. 1968. — GALIANA Déc. sc. 1968. — GALL. 1955, p. 21, 248. — Lar. méd. 1970. — Lar. mén. 1926. — Méd. Biol. t. 1 1970. — PIÉRON 1963. — QUILLET Méd. 1965. — UV.-CHAPMAN 1956.

aspirine [aspiʀin] n. f.
ÉTYM. 1894; empr. de l'all. Aspirin (nom déposé par Bayer en 1899, mais formé auparavant), formé du préf. a- représentant acétyl et le rad. priv. grec a-, du rad. du lat. sc. spiræa « spirée », et du suff. allemand -in, littéralement « qui est fait sans spiræa (ulmaria) » (cet acide synthétique n'est pas tiré de cette plante qui le contient naturellement); le nom est déposé en Belgique.
Pharm. et cour. Acide acétylsalicylique, remède analgésique et antithermique. || Comprimé, cachet d'aspirine. || Tube d'aspirine. || Aspirine vitaminée. || Aspirine effervescente. || Aspirine soluble.
0 Alors, pour tâcher de le contraindre (le thermomètre) à modifier sa réponse, nous nous adressâmes à une autre créature du même règne, mais plus puissante, qui ne se contente pas d'interroger le corps mais peut lui commander, un fébrifuge du même ordre que l'aspirine, non encore employée alors.
Proust, le Côté de Guermantes, Folio, p. 360.
tableau Noms de remèdes.
Fam. Blanc comme un cachet d'aspirine : très clair, très blanc (teint, peau; s'oppose à bronzé, bruni, hâlé, etc.).
Cour. Ce comprimé. || Prendre deux aspirines.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aspirine — Acide acétylsalicylique Acide acétylsalicylique Molécule d aspirine …   Wikipédia en Français

  • aspirine — n.f. Bronzé comme un cachet d aspirine, qui a le teint pâle …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • ASPIRINE — n. f. T. de Pharmacie Remède calmant et fébrifuge …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • L'aspirine — Acide acétylsalicylique Acide acétylsalicylique Molécule d aspirine …   Wikipédia en Français

  • Blanc comme un cachet d'aspirine — ● Blanc comme un cachet d aspirine très pâle …   Encyclopédie Universelle

  • irine — aspirine ivoirine …   Dictionnaire des rimes

  • Acide acétylsalicylique — Molécule d acide acétylsalicylique Général …   Wikipédia en Français

  • 50-78-2 — Acide acétylsalicylique Acide acétylsalicylique Molécule d aspirine …   Wikipédia en Français

  • Acide 2-acétoxybenzoïque — Acide acétylsalicylique Acide acétylsalicylique Molécule d aspirine …   Wikipédia en Français

  • Acide 2-acétyloxybenzoïque — Acide acétylsalicylique Acide acétylsalicylique Molécule d aspirine …   Wikipédia en Français